Bonjour . N'oubliez pas de commandez vos bûches glacé ou crème . Le magasin sera ouvert le lundi 25 décembre et le lundi 1 janvier et sera fermé le mardi 26 décembre et le mardi 2 janvier merci Bonne fêtes a tous

Programme cinéma du 6 Déc 2017 au 7 Janvier 2018

Programme cinéma du 6 Déc 2017 au 7 Janvier 2018Programme cinéma du 6 Déc 2017 au 7 Janvier 2018

Conte de NoëlBqn7tqpdaoumq65t0tehzaezqksU mjitvqeh46clymsznwce qv4

 

Décorations réalisées par les services techniques de la ville de CRUAS – à Mairie de Cruas.

Décorations réalisées par les services techniques de la ville de CRUAS – à Mairie de Cruas.

Jacques Caglio sur

Cruas Ardèche

Commentaires

  • Françoise CADET
    Re kikou cher Jacques
    Je t'ai mis un commentaire mais apparemment il ne s'affiche pas, il a dû partir dans les tuyaux.
    Magnifique programme en perspective et toujours d'exquises recettes gourmandes qui me font saliver à gauche de mon écran.
    Bon WE et gros bisous de la Réunion.
  • Françoise (Réunion)
    Bonjour Jacques
    Voilà un bien beau programme en perspective et à gauche de ton beau blog, de délicieux desserts gourmands.
    Je te remercie pour ta fidélité à mon blog, quel plaisir de te lire et de venir, en un clic, dans ton bel univers, merci internet.
    Au revoir Novembre et bonjour Décembre.
    Je te souhaite une belle journée ainsi qu’un délicieux WE.
    Je t’envoie une envolée de gros bisous d’amitié de mon ti rocher.

    ***
    Décembre
    Emile Verhaeren
    (Les hôtes)

    – Ouvrez, les gens, ouvrez la porte,
    je frappe au seuil et à l’auvent,
    ouvrez, les gens, je suis le vent,
    qui s’habille de feuilles mortes.

    – Entrez, monsieur, entrez, le vent,
    voici pour vous la cheminée
    et sa niche badigeonnée ;
    entrez chez nous, monsieur le vent.

    – Ouvrez, les gens, je suis la pluie,
    je suis la veuve en robe grise
    dont la trame s’indéfinise,
    dans un brouillard couleur de suie.

    – Entrez, la veuve, entrez chez nous,
    entrez, la froide et la livide,
    les lézardes du mur humide
    s’ouvrent pour vous loger chez nous.

    – Levez, les gens, la barre en fer,
    ouvrez, les gens, je suis la neige,
    mon manteau blanc se désagrège
    sur les routes du vieil hiver.

    – Entrez, la neige, entrez, la dame,
    avec vos pétales de lys
    et semez-les par le taudis
    jusque dans l’âtre où vit la flamme.

    Car nous sommes les gens inquiétants
    qui habitent le Nord des régions désertes,
    qui vous aimons – dites, depuis quels temps ? –
    pour les peines que nous avons par vous souffertes.